ARGHAËL

En filmant des portraits et des publicités, Arghaël est devenu fasciné par le corps humain, capturé à travers le prisme des yeux de la caméra et des salles de montage. À la recherche d’un mode d’expression plus personnel, il s’est tourné vers le fusain et la toile pour explorer la rudesse de l’intimité humaine.

Pour se perfectionner, il étudie le dessin au fusain avec des modèles vivants aux Ateliers Beaux-Arts de Paris (classe de Gérard Venturelli). Dès lors, le travail d’Arghaël interroge le mystère de la chair, sondant frontalement l’inconscient (à chaque coup de main) pour finalement donner naissance sur la toile. Ce que l’artiste appelle “un incident pictural”.

Dans son exploration du corps humain, Arghaël va bientôt tout mettre à nu, exposant viscéralement le corps en lui.

Son fusain capture désormais la chair, les os et les vaisseaux sanguins dans leur essence la plus pure, alors qu’il dessine ses hommes et ses femmes sur les murs de sa “grotte mentale”, la toile se trouvant sous ses yeux comme une seconde peau.

Son approche graphique, proche du compositing, permet des flashs telluriques, amplifiés par des pastels chauds et de la peinture à l’huile. Arghaël utilise le fusain pour capturer la chair dans son expression primitive, et donner une élégance intemporelle à ses créations plus grandes que nature.

Encouragé par les directeurs artistiques et les commissaires qu’il a rencontrés dans les galeries de Berlin et de Los Angeles, Arghaël décide d’exposer son travail à Paris. En 2016, la galerie Loo & Lou a accueilli sa première exposition personnelle.